Pour une histoire des relations artistiques entre l’Est et l’Ouest en Europe pendant la guerre froide

Pour une histoire des relations artistiques entre l’Est et l’Ouest en Europe pendant la guerre froide

À la suite du projet ERC « OwnReality. À chacun son réel. La notion de réel dans les arts plastiques en France, RFA, RDA et Pologne entre 1960 et 1989 »mené entre 2010 et 2016, Mathilde Arnoux poursuit ses recherches sur les relations artistiques entre l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide. À travers des publications, des séminaires, des ateliers, son engagement dans des réseaux de recherche et des comités de lecture, elle interroge les biais permettant de considérer ces relations artistiques. 

La limitation des circulations et l’imprégnation du champ artistique par des idéologies rivales peut rendre la démarche illusoire, mais considérer ces limites incite à les questionner. Afin d’examiner les fondements sur lesquels peuvent s’établir les relations artistiques, le projet « Pour une histoire des relations artistiques entre l’Est et l’Ouest en Europe pendant la guerre froide » prête particulièrement attention aux notions en partage à l’Est et à l’Ouest et à leurs conceptions différenciées selon les contextes. Les musées, catalogues, revues, galeries et congrès sont les lieux dans lesquels les facettes de ces conceptions prennent forme à travers les différents auteurs et acteurs de l’histoire de l’art que sont les artistes, les historiens et critiques d’art. À partir de ces données, Mathilde Arnoux  propose des distinctions et des rapprochements pour interroger les précédentes analyses de la période et cherche à développer un point de vue renouvelé sur les relations artistiques en Europe.

Date de début
01.09.2017

Chercheur

Contact
Mathilde Arnoux

Dr. habil. Mathilde Arnoux

Directrice de recherches / Responsable des éditions en langue française
Téléphone +33 (0)1 42 60 41 24
Edward Krasiński, La lance, Zalesie, 1964
Edward Krasiński, La lance, Zalesie, 1964 © Anka Ptaszkowska, photographie d’Eustachy Kossakowski. Le négatif est la propriété du Muzeum Sztuki Nowoczesnej à Varsovie.