Histoire

Historique

Le Centre allemand d’histoire de l’art est d’abord né sous la forme d’un projet initié en 1997 grâce au financement du Ministère allemand de l’Enseignement et de la Recherche. Celui-ci répondait par là à un souhait de longue date de la recherche en histoire de l’art : donner un cadre institutionnel aux études sur l’art français et sur sa réception à travers le monde.

L’objectif majeur était de centraliser les recherches en langue allemande sur l’histoire de l’art en France, mais aussi de susciter l’intérêt des sciences humaines françaises pour l’art en Allemagne comme pour l’histoire de l’art germanophone. De ce point de vue, le DFK Paris est devenu au fil des années, en tant qu’institut de recherche extra-universitaire et indépendant, un lieu d’échange international intensif en matière de théorie de l’art.  

Afin de renforcer cette dimension internationale, le DFK Paris a rejoint en 2003 l’International Association of Research Institutes in the History of Art (RIHA). De surcroît, suite à une recommandation de son Conseil scientifique, il a été intégré en 2006 à la Fondation DGIA (Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland), directement rattachée au Ministère allemand et devenue en 2012 la Fondation Max Weber – DGIA.

En tant que directeur fondateur, le professeur Thomas W. Gaehtgens a dirigé l’institut jusqu’en octobre 2007. De 2009 à 2014, c’est le professeur Andreas Beyer qui a occupé cette fonction. Depuis le mois de février 2014, le professeur Thomas Kirchner est à la tête de l’institut. D’abord situé Place des Victoires pendant ses premières années d’activité, l’institut occupe depuis octobre 2011 l’Hôtel Lully, ancien hôtel particulier du compositeur français Jean-Baptiste Lully. Il se trouve ainsi à proximité immédiate de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA).