Thomas Kirchner

Prof. Dr. Thomas Kirchner

Directeur

Vita

Études en histoire de de l'art, histoire et philosophie à Bonn, Berlin et Paris. Doctorat obtenu à la Rheinischen Friedrich-Wilhelms-Universität avec une thèse sur « L’expression des passions. L'expression comme problème de la représentation dans l'art français et la théorie de l'art aux XVIIème et XVIIIème siècle ». Après diverses fonctions dans le domaine des musées et des expositions, poste d'assistant à l'institut d'histoire de l'art de la Freie Universität Berlin. De 1993 à1995, bourse d'habilitation de la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Thèse d'habilitation obtenue à la Freie Universität Berlin avec une recherche portant sur Le héros épique. Peinture d'histoire et politique artistique dans la France du XVIIème siècle.  Après des vacations en tant que professeur à Berlin et Francfort-sur-le-Main, appel à la chaire d'histoire de l'art moderne et contemporaine de la Ruprecht-Karls-Universität de Heidelberg en 1999. Changement en 2002 pour la chaire d'histoire de l'art de la période moderne de la Goethe-Universität Frankfurt am Main. En 2011 – 2012, bourse de recherche au Getty Research Institute à Los Angeles. Professeur invité dans des universités d'Europe et d'Amérique du nord. Membre de divers conseils scientifiques. Depuis le 1er février 2014, directeur du Centre allemand d'histoire de l'art Paris (fondation Max Weber).

Affiliation(s)

  • Membre du conseil scientifique de l'École du Louvre, Paris, depuis 2017
  • Membre du conseil d'adminitration de la Fondation Hartung-Begman
  • Membre du conseil scientifique de l'Institut national d'histoire de l'art, Paris, depuis 2015    
  • Membre du conseil scientifique de la revue Perspective, éditée par l'Institut national d'histoire de l'art
  • Membre et président du conseil scientifique de la plateforme de publication « perpectivia.net » de la fondation Max Weber.
  • Membre du comité de rédaction de la revue Histoire de l'art, éditée par l'Association des professeurs d'archéologie et d'histoire de l'art des universités (APAHAU).
  • Membre du conseil scientifique du centre de documentation allemand pour l'histoire de l'art – Bildarchiv Foto Marburg depuis 2014
  • Membre du conseil scientifique du projet ERC LeXArt. Words for Art. The Rise of a Terminology in Europe (1600-1750)  depuis 2013
  • Membre du conseil scientifique de la revue de recensions en ligne sehepunkte depuis 2009 
  • Membre du conseil scientifique de la collection Théorie de l‘art à l'époque moderne, Brepols Publishers, Turnhout, depuis 2008
  • Membre du jury du prix Marianne Roland Miche de 2007 à 2011  
  • Membre du conseil scientifique du Centre allemand d'histoire de l'art Paris de 2006 à 2013, vice-président depuis 2009
  • Membre du conseil scientifique de l'interdisziplinäres Zentrum zur Erforschung der Frühen Neuzeit (ZFN, centre interdisciplinaire de recherche sur la période moderne) de la Goethe-Universität Frankfurt am Main en 2006–2007, secrétaire général de 2007 à 2010.    
  • Membre du Réseau international pour la formation à la recherche en histoire de l'art et membre du comité directeur depuis 2003
  • Membre du comité directeur de la société Benvenuto Cellini (Association des amis et bienfaiteurs de l'institut d'histoire de l'art de la Goethe-Universität Frankfurt am Main) de 2003 à 2014
  • Membre du comité directeur du Heidelberger Kunstverein de 2000 à 2006   

Projet(s) DFK

Projets en ligne

Joachim von Sandrart, Teutsche Academie der Bau-, Bild- und Mahlerey-Künste, édition scientifique commentée en ligne, en coopération avec Alessandro Nova, Carsten Blüm, Anna Schreurs et Thorsten Wübbena, 2008–2012

Monographies

  • L’expression des passions. Ausdruck als Darstellungsproblem in der französischen Kunst und Kunsttheorie des 17. und 18. Jahrhunderts, Mayence 1991 (= Berliner Schriften zur Kunst, t. 1).
  •  Le héros épique. Peinture d’histoire et politique artistique dans la France du XVIIe siècle, Paris 2008 (Passages/Passagen, t. 20).
  • Les reines de Perse aux pieds d’Alexandre’ de Charles Le Brun. Tableau-manifeste de l’art français du XVIIe siècle, Paris 2013.

Direction d'ouvrage

  • Geschichte und Ästhetik. Festschrift für Werner Busch zum 60. Geburtstag,  Munich/Berlin 2005 (éd. en coopération avec Margit Kern et Hubertus Kohle). 
  • Joachim von Sandrart, Teutsche Academie der Bau-, Bild- und Mahlerey-Künste, édition scientifique commentée en ligne, en coopération avec Alessandro Nova, Carsten Blüm, Anna Schreurs et Thorsten Wübbena, 2008–2012

 

Articles

  • « Begriffliche und stilistisch-typologische Einordnung der Gründerzeitbebauung Bad Honnefs und ihre Entstehungsbedingungen », dans Bad Honnef. Stadtentwicklung und Stadtstruktur, Cologne 1979 (= Arbeitsheft 26 des Landeskonservators Rheinland), p. 23–44 (en coopération avec Barbara Schellewald).
  • « A.R. Penck – Kann Kunst noch Wissenschaft sein? », dans Kat. Ausst. A.R. Penck, Berlin (Nationalgalerie Staatliche Museen Preußischer Kulturbesitz) 1988, p. 89–93.
  • « Biografie A.R. Penck », dans Kat. Ausst. A.R. Penck, Berlin (Nationalgalerie Staatliche Museen Preußischer Kulturbesitz) 1988, p. 10–69 (en coopération avec Lucius Grisebach et Jürgen Schweinebraden).
  • « Neue Themen – Neue Kunst? Zu einem Versuch, die französische Historienmalerei zu reformieren », dans Historienmalerei in Europa. Paradigmen in Form, Funktion und Ideologie, éd. par Ekkehard Mai et Anke Repp-Eckert, Mayence 1990, p. 107–119.
  • « Physiognomie als Zeichen. Die Rezeption von Charles Le Bruns Mensch-Tier-Vergleichen um 1800 », dans Frankreich 1800. Gesellschaft, Kultur, Mentalitäten, éd. par Gudrun Gers-mann et Hubertus Kohle, Stuttgart 1990, p. 34–48.
  • « Pierre-Paul Prud’hons 'La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime' – Mahnender Appell und ästhetischer Genuß », dans Zeitschrift für Kunstgeschichte, t. 60, 1991, p. 541–575.
  • « Das Modell Akademie. Die Gründung der Akademie der Künste und mechanischen Wissenschaften », dans Kat. Ausst. »Die Kunst hat nie ein Mensch allein besessen«, Berlin (Akademie der Künste und Hochschule der Künste) 1996, p. 25–29 ; et la plupart des entrées de catalogue de cette section, ibid., p. 30–46.
  • « Paradigma der Gegenwärtigkeit. Schlachtenmalerei als Gattung ohne Genrekonventionen », dans Bilder der Macht. Macht der Bilder. Zeitgeschichte in Darstellungen des 19. Jahrhunderts, éd. par Stefan Germer et Michael F. Zimmermann, Munich/Berlin 1997 (= publications du Zentralinstituts für Kunstgeschichte, t. 12), p. 107–124.
  • « Chodowiecki, Lavater und die Physiognomiedebatte in Berlin », dans Daniel Chodowiecki (1726–1801). Kupferstecher, Illustrator, Kaufmann, éd.par Ernst Hinrichs et Klaus Zernack, Tübingen 1997 (= Wolfenbütteler Studien zur Aufklärung,t. 22), p. 101–142.
  • « La nécessité d’une hiérarchie des genres », dans La naissance de la théorie de l’art en France. 1640–1720, éd. par Stefan Germer et Christian Michel, Paris 1997 (= Revue esthétique,t. 31/32, 1997), p. 186–196.
  • « Facetten der Historie. Konzepte von Geschichte und ihre Darstellungsformen », dans Kunst/Ge-schichte. Zwischen historischer Reflexion und ästhetischer Distanz, éd. par Götz Pochatet Brigitte Wagner, Graz 2000 (= Kunsthistorisches Jahrbuch Graz, t. 27), p. 27–39.
  • « Religion als Thema der Historienmalerei », dans Künste und Natur in Diskursen der Frühen Neuzeit, éd. par Hartmut Laufhütte, Wiesbade 2000 (= Wolfenbütteler Arbeiten zur Barock-Forschung, t. 35), p. 535–548.
  • « Kunst im Dienste des Fürsten. Der Transfer eines kunstpolitischen Konzepts von Paris nach Berlin », dans Jenseits der Grenzen. Französische und deutsche Kunst vom Ancien Régime bis zur Gegenwart. Thomas W. Gaehtgens zum 60. Geburtstag, éd. par Uwe Fleckner, Martin Schieder et Michael F. Zimmermann, t. 1, Inszenierungen der Dynastien, Cologne 2000, p. 67–83.
  • « Französische Malerei des 17. und 18. Jahrhunderts », dans Kunsthistorische Arbeitsblätter, n°. 7/8, 2001, p. 5–22, republié dans Kunsthistorische Arbeitsblätter, n° 5/6, 2006, p. 55–72.
  • « 'Observons le monde'. La réalité sociale dans la peinture française du XVIIIe siècle », dans L’Art et les normes sociales au XVIIIe siècle, éd. par Thomas W. Gaehtgens, Christian Michel, Daniel Rabreau et Martin Schieder, Paris 2001 (= Passages/Passagen, t. 2), p. 367–381.
  • « Allégorie et abstraction : le crédo artistique de Pierre-Paul Prud’hon », dans Pierre-Paul Prud’hon. Actes du colloque organisé au musée du Louvre par le Service culturel le 17 novembre 1997, éd. par Sylvain Laveissière, Paris 2001, p. 147–176.
  • « 'De l’usage des passions'. Zum Verhältnis der Emotionen bei Künstler, Kunstwerk und Betrachter », dans Pathos, Affekt und Gefühl. Die Emotionen in den Künsten, éd. par Klaus Herding et Bernhard Stumpfhaus, Berlin/New York 2004, p. 357–377.
  • « Authentizität und Fiktion: Zur Inszenierung von Geschichte und Zeitgeschehen in der Kunst der Neuzeit », dans Geschichtsdarstellungen. Medien – Methoden – Strategien, éd. par Vittoria Borsò et Christoph Kann, Cologne/Weimar/Vienne 2004 (= Europäische Geschichtsdarstellun-gen, t. 6), p. 215–225.
  • « Antoine Watteau, die akademische Kunst und die Moderne », dans Geschichte und Ästhetik. Festschrift für Werner Busch zum 60. Geburtstag, éd. par Margit Kern, Thomas Kirchner et Hubertus Kohle, Munich/Berlin 2005, p. 107–120.
  • « Die Lesbarkeit der Bilder. Paul Fréart de Chantelou und das Schreiben über Kunstwerke im Frankreich des 17. und 18. Jahrhunderts », dans Das Tagebuch des Paul Fréart de Chantelou über den Aufenthalt Gianlorenzo Berninis am Hof Ludwigs XIV., éd. par Pablo Schneideret Philipp Zitzlsperger, Berlin 2006, p. 376–396.
  • « Kunstgeschichte. '[...] in völkischem Geiste betätigt […]' », dans Die Universität Heidelberg im Nationalsozialismus, éd. par Wolfgang U. Eckart, Volker Sellin et Eike Wolgast, Heidelberg 2006, p. 517–528.
  • « Franz Xaver Messerschmidt und die Konstruktion des Ausdrucks », dans Kat. Ausst.  Die phantastischen Köpfe des Franz Xaver Messerschmidt, éd. par Mareike Bückling, Francfort-sur-le-Main (Liebieghaus Skulpturensammlung), Munich 2006, p. 266–281.
  • « Simon Vouets gescheiterter Versuch, eine neue französische Kunst zu begründen », dans Von Kunst und Temperament. Festschrift für Eberhard König, éd. par Caroline Zöhl et Mara Hofmann, Turnhout 2007, p. 131–142.
  • « '[…] le chef d’œuvre d’un muet […]' – der Blick der bildenden Kunst auf die Affekte », dans Wie sich Gefühle Ausdruck verschaffen. Emotionen im Nahblick, éd. par Klaus Herding et Antje Krause-Wahl, Taunusstein 2007, p. 189–210.
  • « Richelieu et son usage programmatique de l’art. L’image du cardinal dans le décor de ses résidences », dans Richelieu patron des arts, éd. par Jean-Claude Boyer, Barbara Gaehtgens et Bénédicte Gady, Paris 2009, p. 251–272.
  • « Between Academism and its Critics: Leonardo da Vinci’s ‚Traité de la peinture and Eighteenth-Century French Art Theory », dans Re-Reading Leonardo. The 'Treatise on Painting' across Europe, 1550–1900,  éd. par Claire Farago, Surrey 2009, p. 299–324.
  • « Frankfurt und der Aufbruch in die Ungegenständlichkeit », dans Das 'neue' Frankfurt. Innovationen in der Frankfurter Kunst vom Mittelalter bis heute, éd. par Christian Freigang, Markus Dauss et Evelyn Brockhoff, Francfort/Wiesbaden 2010 (Archiv für Frankfurts Geschichte und Kunst, p. 72), p. 74–86.
  • « Die Galerie als Erlebnisraum von Geschichte. Französische Galerien und ihre Ausstattungen in der ersten Hälfte des 17. Jahrhunderts », dans Europäische Galeriebauten. Galleries in a Comparative European Perspective (1400–1800), éd. par Christina Strunck et Elisabeth Kieven, Munich 2010 (Römische Studien der Bibliotheca Hertziana, t. 29), p. 339–350.
  • « Historienmalerei », dans Handbuch der politische Ikonographie, éd. par Uwe Fleckner, Martin Warnke, et Hendrik Ziegler, t. 1, Munich 2011,  p. 505–512.
  • « La recherche germanophone sur l’art français du XVIIe siècle », dans XVIIe siècle, n° 254, 2012, p. 43–50.
  • « Programmbilder in Konkurrenz: Jacques-Louis Davids 'Brutus' und das Erbe des Ancien Régime », dans Kat. Ausst. Schönheit und Revolution. Klassizismus 1770−1820, Francfort-sur-le-Main (Städel Museum), Munich 2013, p. 168–177, ainsi que les entrées du catalogue sur l'art français et allemand, ibid., p. 178–198.
  • « Ausdruckstheorien von der Antike bis zum 18. Jahrhundert », dans Tronies. Das Gesicht in der Frühen Neuzeit, éd. par Dagmar Hirschfelder et León Krempel, Berlin 2014, p. 11–24.
  • « L’espace du paysage comme moyen d’expression politique dans la peinture française du XVIIe siècle », dans Papers on French Seventeenth Century Literature, t. 41, n° 80, 2014, p. 37– 63
  • « Landschaftsmalerei und politische Souveränität. Zu einem Bildtypus des französischen 17. Jahrhunderts », dans Entdeckung der Ferne. Natur und Wissenschaft in der niederländischen Malerei des 17. Jahrhunderts , éd. par Ulrike Gehring, Paderborn 2014, p. 203–223. 
  • « Postface », dans Conférences de l'Académie royale de peinture et de sculpture, éd. par Jacqueline Lichtenstein et Christian Michel, t. VI, 3, Paris 2015, p. 1320–1322
  • « Karoline Luise von Baden und die zeitgenössische französische Malerei. Der Versuch einer Annäherung », dans Aufgeklärter Kunstdiskurs und höfische Sammelpraxis. Karoline Luise von Baden im europäischen Kontext, éd. par Christoph Frank et Wolfgang Zimmermann, en coopération avec Holger Jacob-Friesen et Pia Müller-Tamm, Berlin 2015, p. 180–187
  • « Joachim von Sandrarts heimliches Vorbild Frankreich: Die Vita des Charles Le Brun », dans Aus aller Herren Länder. Die Künstler der 'Teutschen Academie' von Joachim von Sandrart, éd. par Susanne Meurer, Anna Schreurs-Moret et Lucia Simonato, Turnhout 2015, p. 331–341.
  • « Stefan Germer und das 17. Jahrhundert / Stefan Germer et le XVIIe siècle », dans : Regards croisés, n°3, 2015 (http://www.revue-regards-croises.org/français/numéros/no-3-2015/) p. 19–23 / p. 25–29
  • « Bilder im Konflikt. Positionen der französischen Porträtmalerei im 17. Jahrhundert », dans Das Porträt als kulturelle Praxis, éd. par Eva-Bettina Krems et Sigrid Ruby, Berlin 2016, p. 19–31
  • « 'L’Histoire d’Alexandre' par Charles Le Brun : entre art et panégyrique», dans cat. exp. Charles Le Brun. 1619–690, éd. par Bénédicte Gady et Nicolas Milovanovic, Lens (Musée du Louvre Lens), Lens/Paris 2016, p. 26–33
  • « Moïse, l’Ancien Testament et la théorie de l’art en France », dans Moïse. Figures d’un prophète, éd. par Colette Nativel et Matthieu Somon (à paraître)

Contact

Prof. Dr. Thomas Kirchner, Direktor des DFK Paris

Prof. Dr. Thomas Kirchner

Téléphone +33 (0)1 42 60 67 82