Sujet annuel 15/16

Le Moyen Âge et son image

Le Centre allemand d’histoire de l’art consacre son sujet annuel de 2015/2016 au Moyen Âge. La recherche récente en histoire de l’art esquisse une image du Moyen Âge d’une complexité et d’une richesse insoupçonnée. La question de l’auctorialité artistique y a pris une place croissante. Il y a longtemps que la vision d’un art médiéval au caractère purement artisanal n’est plus d’actualité, et que l’on s’est départi du cliché de l’artiste anonyme que l’historiographie s’était efforcée de construire, de Vasari à Burckhardt, comme le contre-modèle de l’idéal de la Renaissance. L’artiste médiéval n’était pas nécessairement cet artisan n’accordant aucune importance à la paternité de son oeuvre. De nombreuses inscriptions et descriptions des artistes par eux-mêmes témoignent bien plutôt d’une conscience de soi affirmée et de la « liberté étonnante » de la production artistique médiévale (Rudolf Berliner).

L’art de cette époque s’inscrit dans les contextes les plus divers. Il n’est pas rare que le domaine d’activité d’un artiste dépasse largement le champ défini par l’acception moderne du terme. De même, son intrication dans le système des corporations bourgeoises ne donne qu’une description imprécise de sa place dans la société. Les artistes des villes travaillaient dans des conditions différentes de celles des artistes de cour ou au service de l’Église. Quant aux commanditaires et à leurs rôles, ils sont tout aussi difficiles à appréhender.

Tandis que l’ancienne historiographie de l’art s’efforçait la plupart du temps de déterminer les productions artistiques médiévales suivant leur affiliation à des écoles et ateliers locaux, autrement dit selon leur origine topographique, la question de la mobilité et des transferts culturels fait aujourd’hui l’objet d’une attention croissante.
 
À la lumière de la recherche récente, le sujet annuel se propose d’examiner les différentes formes d’art dans l’Europe médiévale, les fonctions qu’il pouvait revêtir, ses lieux sociaux et intellectuels. La diversité des médias devra être prise en compte, de même que la coexistence de discours artistiques variés et parfois concurrents. La réflexion sur l’art du Moyen Âge ne peut cependant être séparée de l’image de cette époque véhiculée par les siècles postérieurs, que celle-ci ait été façonnée par l’art et la littérature, par la relation aux artefacts – par exemple la conservation des monuments –, ou encore par la recherche en histoire de l’art.

Le sujet annuel sera dirigé par Thomas Kirchner (Centre allemand d’histoire de l’art) et François-René Martin (École nationale supérieure des beaux-arts de Paris).

 

Les boursiers et leurs sujets

  • Eveline Deneer (Université Paris I Sorbonne) : Passé national et histoire partagée. La peinture de genre à sujets historiques: sa dimension transnationale entre la France, l'Allemagne et l'Italie, ca. 1802-1848
  • Annamaria Ersek (Université Paris-Sorbonne, Centre André Chastel) : La représentation du souverain en Europe centrale: milieu du XIVe siècle - milieu du XVe siècle
  • Arthur Hénaff (EPHE Paris) : Illustration et illustrateurs de compilations cosmologiques: perspectives pour l'histoire de l'art à la fin du Moyen Âge en Europe Centrale
  • Lukas Huppertz (TU Berlin) : Erzählung und Erscheinung: Bildhauerarchitektur und Betrachteransprache am Gerichtsportal der Kathedrale in Reims
  • Stephanie Luther (Yale) : Artist and Agency in Romanesque Sculpture, from Alsace to Frisia
  • Andrew Murray (UCL London) : Retenu par Monsieur': Artists between Town and Court in Later Medieval Burgundy
  • Nina Reiss (FU Berlin) : Zwischen Tapisserie, Tafelmalerei und Buchmalerei - Entwürfe historisch-mythologischer Bildteppiche aus dem Spätmittelalter
  • Martin Schwarz (University of Chicago) : Die Materielle und Visuelle Kultur der Scholastik
  • Judith Soria (EPHE Paris) : Chercher Byzance: les missions scientifiques des historiens de l'art byzantin au début du XXème siècle
Grid image