Le DFK Paris au Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau 2018

Follow our team of researchers

Le DFK Paris au Festival de l’histoire de l’art à Fontainebleau 2018

Comme chaque année, le DFK Paris participe au Festival de l’histoire de l’art organisé par l’INHA au château de Fontainebleau du vendredi 1er au dimanche 3 juin 2018.

 

Salon du livre et de la revue d’art 

Venez visiter notre stand au Salon du livre et de la revue d’art pour découvrir nos dernières publications.

Vendredi au dimanche, 1er au 3 juin 2018, 10h00 à 18h00, Château de Fontainebleau, cour ovale Lien vers l’événement

 

Table ronde des boursiers du DFK Paris – « Rêver, imaginer, explorer dans l’art de l’Ancien Régime »

En lien avec le thème du rêve mis à l’honneur par le festival cette année, les boursières et boursiers du thème annuel 2017/2018 du DFK Paris présentent et animent la table ronde « Rêver, imaginer, explorer dans l’art de l’Ancien Régime ». Ils proposent, à partir de cas d’étude précis, d’analyser la manière dont les thèmes du rêve et de l’imagination – fortement liés aux questions de l’inventivité artistique, technique et scientifique – ont été abordés dans l’art des XVIIe et XVIIIe siècles. Suivies d’une discussion avec le public, les interventions qui constituent ce panel seront l’occasion d’aborder des contextes chronologiques et matériels très différents :

  • Sarah Grandin, doctorante, DFK Paris / Harvard University
  • Camilla Pietrabissa, doctorante, DFK Paris / The Courtauld Institute of Art
  • Marlen Schneider, docteure, DFK Paris
  • Hadrien Volle, doctorant, DFK Paris / Université Paris I

Vendredi, 1er juin, 14h00 à 15h30, Château de Fontainebleau, Quartier Henri IV, Salle à manger – Lien vers l’événement

 

Conférence de Victor Claass – « Fantaisies sur un gant retrouvé. Autour d’une suite gravée de Max Klinger »

Victor Claass, chercheur associé au DFK Paris, présente une conférence en lien avec le thème du rêve mis à l’honneur par le festival cette année. Il nous emmènera à Berlin, à la fin du XIXe siècle, où une patineuse égare un gant sur la piste d’un skating du parc Hasenheide. Entre les mains du jeune homme l’ayant ramassé, l’objet devient fétiche érotique, l’entraînant alors vers de fantastiques songes amoureux. C’est cette odyssée hallucinatoire que traduit en images Un gant, une captivante suite de dix gravures réalisées par Max Klinger en 1880.

Samedi, 2 juin 2018, 18h00 à 19h00, MINES ParisTech, Grand Amphi, Bat. B – Lien vers l’événement

 

Nom du responsable

Contact
Marlen Schneider

Dr. Marlen Schneider

Conseillère scientifique
Téléphone +33 (0)1 42 60 40 34
Contact
Sira Luthardt

Sira Luthardt, M.A.

Assistante éditoriale
Téléphone +33 (0)1 42 60 41 23
Contact
Bild JK

Jannik Konle

Assistant de recherche