Académies d'Art et Mondes Sociaux (1740-1805)

Journée d'études

Académies d'Art et Mondes Sociaux (1740-1805)

Mobilité des artistes, dynamique des institutions :
dessiner la cartographie des échanges

Deuxième volet des journées d’étude conduites par le programme de recherche ACA-RES sur Les académies d’art et leurs réseaux dans la France préindustrielle, cette rencontre mettra l’accent sur la question des circulations artistiques. La seule aspiration parisienne ne saurait rendre compte des dynamiques d’échanges qui se mettent en place au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, alors même que certaines institutions de province apparaissent comme centres et noeuds de liens multiples. Les provinces marquent souvent une autonomie vis-à-vis de la capitale.
Une nouvelle cartographie demande ainsi à être repensée. L’étude des relations entre les individus et les institutions académiques à l’échelle nationale et européenne, par le biais de voyages, séjours, correspondances épistolaires, sera au coeur des discussions pour voir si les mouvements dépendent
des aléas des carrières (itinérance, migration, exil, fuite, opportunités de commandes ou de protections, etc.) Ces derniers peuvent tout autant répondre à un souhait d’implantation durable qu’à une stratégie de progression professionnelle. D’ailleurs la notion de « mobilité » peut aussi être entendue du point de vue de
l’ascension sociale.
Pour les institutions, le voyage s’intègre-t-il avant toute chose dans une perspective de perfectionnement pédagogique et de formation du goût ? Quels bénéfices les déplacements d’artistes et d’amateurs, comme les affiliations institutionnelles, offrentils aux établissements artistiques, en termes d’élargissement de réseaux,
d’enrichissement des collections et de rayonnement culturel ? Au-delà de la réalité des frontières et des proximités géographiques, à rebours d’une construction idéologique « nationaliste », quelles forces – culturelles, économiques, relationnelles – sont-elles à l’oeuvre ?

Dans le prolongement des acquis de la précédente manifestation de décembre 2016 (voir sur la page Internet d’ACA-RES (https:/acares.hypotheses.org), dans la rubrique « Les Ressources », Actes des journées d’étude), mais en étendant la période envisagée au-delà des premières années de fondation des établissements, il s’agira d’envisager la mobilité des artistes – des peintres, des sculpteurs et des
architectes autant que des ornemanistes voués à la fabrique – sans perdre de vue la lecture sociale et culturelle de ces institutions écloses au siècle des Lumières. Les villes aux portes des frontières du royaume, comme celles sensibles à l’appel du Grand Tour par leur position de carrefour des routes, seront étudiées en priorité.

Ces journées d’étude entendent privilégier le dialogue entre spécialistes et jeunes chercheurs, tout en gardant l’ouverture vers d’autres disciplines des sciences humaines, en particulier la sociologie et les humanités numériques. Le dispositif de la rencontre privilégiera les débats. Chaque intervenant présentera son étude de cas en fonction des thèmes retenus pour les demi-journées. Le temps de parole, volontairement très restreint, suffira à dégager les principaux points qui seront ensuite repris et discutés de façon collégiale au cours des tables-rondes. Les après-midis seront consacrés à des ateliers de travail participatifs.

Nom du responsable

Contact
Markus A. Castor

Dr. Markus A. Castor

Directeur de recherche
Téléphone +33 (0)1 42 60 67 13