Le surréalisme et l’argent. Galeries, collectionneurs et médiateurs

Le surréalisme et l’argent. Galeries, collectionneurs et médiateurs

Les grands artistes font les grands marchands, selon la formule attribuée en substance à Daniel-Henry Kahnweiler. À moins que ce ne soient, à l’inverse, les marchands d’art qui produisent les avant-gardes ? « Que serions-nous devenus si Kahnweiler n’avait pas eu le sens des affaires ? », s’interroge Picasso, attribuant par là un rôle décisif au galeriste dans son succès artistique et sa réussite matérielle corrélative. Cette thèse ne semble toutefois pas s’appliquer au surréalisme. C’est en vain que l’on chercherait une galerie ou un marchand d’art ayant détenu, pour l’art surréaliste, une position de monopole comparable à celle de Kahnweiler pour le cubisme, qu’il mena au succès avec la galerie Simon, ou à celle de la galerie Der Sturm d’Herwarth Walden, laquelle ouvrit la voie de l’expressionnisme. Cette absence d’une figure marquante de marchand est partie intégrante d’un système qui institue spécifiquement le surréalisme, sous l’égide d’André Breton, comme une avant-garde internationale « différente ». En effet, le surréalisme mise dès le départ sur sa propre commercialisation, sous-tendue par des stratégies de succès calculées, dont participent la conception des catalogues d’exposition, la revue comme plateforme idéologique et artistique, mais aussi l’impact public de la publicité, les vernissages et la présentation des expositions.

Une analyse systématique intégrant l'histoire culturelle, artistique et économique des itinéraires commerciaux et des réseaux qui ont fait du surréalisme l'une des grandes avant-gardes du XXème siècle fait depuis longtemps défaut. Quel rôle a joué le marché de l'art pour l'établissement du surréalisme en tant qu'avant-garde internationale ? Quels ont été les acteurs, plateformes et médias de sa commercialisation et de son autocommercialisation ? Comment les oeuvres de Max Ernst, Salvador Dalí, Yves Tanguy et d'autres artistes sont-elles devenues des pièces de collection et de musées très recherchées, d'abord aux États-Unis, puis en Europe ? Et comment les surréalistes eux-mêmes se situaient-ils face au système commercial – à leurs yeux capitaliste – du marché de l'art ? Les chercheurs de ce projet international recensent systématiquement les expositions du mouvement, reconstituent les réseaux de ses relais et marchands, ainsi que l'itinéraire des œuvres. Cette approche permet non seulement de dégager de nouvelles connaissances sur la genèse, l'histoire et l'internationalisation du surréalisme, mais aussi sur la situation économique des artistes et les stratégies de leurs marchands – tant en Europe que dans l'exil américain – ou encore sur la muséalisation de l'art surréaliste. À travers des ateliers et colloques internationaux, des séminaires universitaires ainsi que des publications, les lacunes de la recherche pourront être comblées. Il s'agira en particulier d'initier les jeunes chercheurs, sous la direction scientifique de Julia Drost (DFK Paris), Fabrice Flahutez (Université Paris Nanterre) et de Martin Schieder (Universität Leipzig), à cette dimension de la recherche sur le surréalisme, entre art et commerce.

De 2015 à 2017, le projet a été cofinancé par le labex « Le surréalisme au regard des galeries, des collectionneurs et des médiateurs, 1924–1959 », Arts H2H. Il a bénéficié par ailleurs du soutien de la Terra Foundation for American Art et TIAMSA.

 

Colloques et événements

2014

« Le monde au temps des surréalistes »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art,
Paris, 7 – 8 novembre 2014
Programme (PDF)


2016

« Le surréalisme dans l’europe de l’entre-deux guerres »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art,
Paris, 11 – 12 mars 2016
Programme (PDF)

« Surréalisme et arts premiers »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art,
Paris, 10 – 11 octobre 2016
Programme (PDF)

« The Avant-Garde and its Networks »
Atelier de recherche à l’Orient Institut Beirut,
Beirut, 14 – 15 novembre 2016
Programme (PDF)


2017

« Acheter le merveilleux »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art
Paris, 28 – 29 septembre 2017
Programme (PDF)


« Networks, Museums and Collections. Surrealism in the U.S. »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art
Paris, 27 – 29 novembre 2017
Programme (PDF)

Abstracts (PDF)

Direction

Contact
Dr. Julia Drost

Dr. Julia Drost

Directrice de recherche
Téléphone +33 (0)1 42 60 67 97
Joseph Cornell, Surrealisme (Detail), 1931-32, Collage, (c)The Joseph and Robert Cornell Memorial foundation/ADAGP, Paris 2017