Le surréalisme et l’argent. Galeries, collectionneurs et médiateurs

Le surréalisme et l’argent. Galeries, collectionneurs et médiateurs

Depuis novembre 2014, le projet de recherche international et interdisciplinaire Le surréalisme et l’argent s’est consacré à une analyse systématique, dans des perspectives d’histoire culturelle, artistique et économique, des voies commerciales et des réseaux qui ont fait du surréalisme l’un des grands mouvements d’avant-garde du XXe siècle. Quel rôle le marché de l’art a-t-il joué dans l’établissement du surréalisme comme avant-garde internationale ? Quels ont été les acteurs, les plates-formes et les médias de sa commercialisation et de son autocommercialisation ? Comment les oeuvres de Max Ernst, Salvador Dalí, André Masson, Joan Miró et d’autres sont-elles devenues des pièces de collection et de musée recherchées, d’abord aux États-Unis puis en Europe ? Et comment les surréalistes se situaient-ils eux-mêmes face au système commercial du marché de l’art, qui était à leurs yeux capitaliste ?

Ces questions ont été discutées et analysées au cours de six workshops et colloques internationaux au DFK Paris et de deux séminaires de master à l’Université Paris Nanterre et à la Leipzig Universität. Ils ont permis non seulement de mieux comprendre la genèse, l’histoire et l’internationalisation du surréalisme, mais aussi la situation économique des artistes et les stratégies des marchands en Europe et pendant l’exil en Amérique, ainsi que la muséalisation de l’art surréaliste. De jeunes chercheurs ont notamment pu s’initier, dans une perspective interdisciplinaire, au champ d’étude portant sur le surréalisme entre art et commerce.

Initialement conçu en 2014 par Julia Drost (DFK Paris) et Martin Schieder (Leipzig Universität), qui le dirigent depuis 2015 avec Fabrice Flahutez (Université Lyon-Saint-Étienne), ce projet de recherche implanté au DFK Paris a été partiellement financé de 2015 à 2017 par le Labex « Le surréalisme au regard des galeries, des collectionneurs et des médiateurs, 1924–1959 », Arts H2H. La Terra Foundation for American Art et l’International Art Market Studies Association (TIAMSA) ont accordé d’autres financements pour ce projet et pour des publications en lien.

 

Publications

Trois ouvrages sont parus, deux dans la collection « Passages Online » du DFK Paris; un troisième paraîtra en coopération avec l’Orient-Institut de Beyrouth, qui présentent, à partir d’une cinquantaine d’études de cas, les résultats de cette recherche fondamentale collective.

Julia Drost, Fabrice Flahutez, Anne Helmreich und Martin Schieder (Hg.), Networking Surrealism in the USA. Artists, Agents, and the Market, Paris, DFK Paris, 2019 (Passages Online; 3)

Julia Drost, Fabrice Flahutez und Martin Schieder (Hg.), Le surréalisme et l’argent, Paris, DFK Paris, geplant für 2019/2020 (Passages Online ; 4)

Monique Bellan und Julia Drost (Hg.), Surrealism in North Africa and Western Asia, Orient-Institut Beirut, Beiruter Texte und Studien, 2020/2021 (en préparation)

 

Colloques et événements

2014

« Le monde au temps des surréalistes »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art,
Paris, 7 – 8 novembre 2014
Programme (PDF)


2016

« Le surréalisme dans l’europe de l’entre-deux guerres »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art,
Paris, 11 – 12 mars 2016
Programme (PDF)

« Surréalisme et arts premiers »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art,
Paris, 10 – 11 octobre 2016
Programme (PDF)

« The Avant-Garde and its Networks »
Atelier de recherche à l’Orient Institut Beirut,
Beirut, 14 – 15 novembre 2016
Programme (PDF)


2017

« Acheter le merveilleux »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art
Paris, 28 – 29 septembre 2017
Programme (PDF)


« Networks, Museums and Collections. Surrealism in the U.S. »
Atelier de recherche au Centre Allemand d’Histoire de l’Art
Paris, 27 – 29 novembre 2017
Programme (PDF)

Abstracts (PDF)

Direction

Contact
Dr. Julia Drost

Dr. Julia Drost

Directrice de recherches / Responsable des programmes jeunes chercheurs
Téléphone +33 (0)1 42 60 67 97
Exposition internationale du surréalisme, EROS, galerie Daniel Cordier, Paris, 1965